• Facebook
  • Twitter

Première opération de sensibilisation menée à Bernex sur le marché ce 18 août, en présence de l’entreprise Ecomégot, Objectif : permettre à tous de comprendre l’impact des mégots sur l’environnement et les solutions qui existent aujourd’hui. Trois autres animations seront organisées par la suite.

Les impacts des mégots sur l'environnement

Depuis 2019, la CCPEVA expérimente la collecte des mégots de cigarettes afin de les recycler. Elle a fait l’acquisition de cendriers dédiés qu’elle a distribués aux communes du territoire.

130 000 mégots collectés la première année (2020) grâce à l’opération lancée par la CCPEVA

Cette année, ce sont 4 journées de sensibilisation du public qui sont prévues sur le territoire.
La première s'est déroulée le 18 août à Bernex sur le marché (de 16h à 21h).

Ne pas fumer reste bien sûr la meilleure solution, car le meilleur déchet est celui qui n’est pas produit !

En une année, dans les 10 premières communes participantes, l’opération a permis :

- de collecter et recycler 130 000 mégots (22 kg)

- de préserver 65 millions de litres d’eau (l’équivalent de 26 piscines olympiques)

L’objectif est d’en collecter quatre fois plus l’année prochaine (estimations basées sur les chiffres de l’INSEE).

 

Pourquoi collecter les mégots ?

Chaque seconde dans le monde, 137 000 mégots sont jetés par terre. Ce geste qui semble a priori anodin a en fait un impact très important sur l'environnement. Il s’agit de déchets dangereux qui contiennent des substances toxiques dont des microplastiques. Un seul mégot pollue 500 L d’eau en moins d’une heure. Selon le ministère de la transition écologique et solidaire, 20 000 à 25 000 tonnes de mégots sont jetés par terre chaque année en France, c’est plus de 2 fois le poids de la tour Eiffel.

Participer à la mise en place de la filière de recyclage des mégots en France, c’est soutenir une innovation bénéfique pour l’environnement.

Pourquoi ne pas jeter les mégots dans les ordures ménagères ?

La collecte des mégots permet de s’assurer qu’ils ne soient ni jetés dans la nature, ni enfouis ou incinérés dans un dispositif qui ne dispose pas des températures et filtres adéquats pour ce type de déchets. Le recyclage permet un traitement spécifique à ces déchets dangereux. Il limite la libération de particules nocives ainsi que l’enfouissement des résidus après incinération.

L’incinération en cimenterie signifie que les mégots sont brûlés à une température d’au moins 1450° (au lieu de 700 à 900 ° dans les fours d’incinération des ordures ménagères). Ainsi, les déchets sont détruits presque instantanément et les résidus quasiment inexistants. Les filtres à charbon utilisés en cimenterie empêchent la diffusion des particules restants comme les dioxines.

Par ailleurs, en utilisant les mégots comme combustible, l’incinération consomme moins d’énergies fossiles.

Des déchets qui polluent le lac Léman et les cours d’eau

Les mégots et les autres déchets jetés dans le caniveau sont évacués dans le réseau d’eau pluvial. Tout le monde ne sait malheureusement pas que ces réseaux servent uniquement aux eaux pluviales, et sont directement connectés au milieu naturel, sans phase de traitement.

Le message « Le lac commence ici », comme rappel inscrit sur les grilles d’eau pluviale

Des plaques en laiton portant cette inscription, fournies par la CCPEVA, ont été fixées l’an dernier par les communes sur les grilles d’évacuation des eaux pluviales afin de sensibiliser les habitants.

Où sont collectés les mégots ?

Des cendriers sont à disposition dans les communes de la CCPEVA pour que les mégots soient collectés puis envoyés en recyclage. Ces cendriers sont disposés par les communes aux endroits les mieux adaptés (rues fréquentées, stade, salle des fêtes, …).