La communauté de communes a adopté sa stratégie de développement économique

Après plusieurs mois de concertation et d’échanges entre élus, techniciens et chefs d’entreprise, le conseil communautaire a dévoilé le 24 mai 2019 sa feuille de route pour le développement économique du territoire.

Accompagnés par le cabinet Terres d’avance, les élus ont travaillé main dans la main avec les chefs d’entreprise au cours d’ateliers et de rencontres d’échange pour identifier les futurs chantiers de la communauté de communes pour son développement économique.

Des atouts et des faiblesses, mais un large potentiel à développer

Le diagnostic a souligné les atouts du territoire, notamment la présence de fleurons industriels, d’entreprises matures prêtes à se développer et le dynamisme de la création (26% des créations du Chablais) qui permet le renouvellement du tissu économique local.  L’économie est notamment portée par le secteur touristique, qui pourvoit des emplois et des revenus pour le territoire. L’agriculture est aussi l’une des forces à préserver, considéré d’excellence grâce à la présence d’appellations d’origine protégée (AOP).

La CCPEVA souhaite augmenter la part d’emplois

Le territoire offre 67,9 emplois pour 100 actifs.

Le diagnostic a pointé un nombre trop faible d’emplois sur le territoire pour ses actifs. L’attractivité du marché suisse est l’une des raisons  de ce déficit d’emplois car le nombre de frontaliers continue d’augmenter chaque année. Créer des emplois à proximité du domicile reste l’une des priorités de la collectivité, et l’étude a révélé le large potentiel d’emplois liés au développement de certaines filières : l’eau, les loisirs outdoor, le bois, les circuits courts.


Trois grands chantiers:

La feuille de route se décline autour de trois grands axes, qui suivent tous un fil conducteur, celui de la préservation des richesses naturelles, qui constituent la force majeure du territoire :
1.    Soutenir l’émergence et le développement des domaines d’excellence : créer le cluster eau, développer les débouchés de la filière bois par le bois énergie et le bois construction,  encourager les projets liés à la transition énergétique et à l’économie circulaire, développer les circuits courts (projet de cuisine centrale notamment), développer la pratique des loisirs et du sport, préserver le foncier agricole et soutenir la filière agricole (relocalisation de la fabrication du reblochon).
2.    Renforcer l’offre d’accompagnement aux acteurs économiques : doter le territoire d’une offre immobilière complète, soutenir le commerce de proximité, accompagner les entreprises en création et en développement, développer l’offre de formations, favoriser la couverture numérique.
3.    Tendre vers une gouvernance plus intégrée : renforcer la coopération entre les représentants du monde politique et ceux du monde économique, poursuivre les échanges avec les territoires voisins, au sein du Chablais français et avec les cantons du Vaud et du Valais, tisser un lien plus étroit entre économie et tourisme.

La vingtaine d’actions projetées, dont certaines sont déjà en cours, ne sont pas exhaustives et devront évoluer au fil du temps, selon les opportunités. Grâce à cette feuille de route votée en conseil, les élus se sont ainsi fixé des objectifs et un cadre cohérent pour l’ensemble des actions économiques.

Document : la stratégie de développement économique et les fiches actions