Les solutions

 

Selon le secteur d'habitation (urbain ou rural), plusieurs solutions existent :

Le composteur

  • composteur individuel si vous résidez en maison avec jardin :
    La collectivité a toujours été proactive en matière de biodéchets et proposait déjà, depuis la création de la CCPE en 2008, une aide à l'achat de composteur. 
    Afin d'encourager toujours plus d'habitants à s'engager dans cette pratique, la mise à disposition des composteurs individuels et collectifs aux usagers est désormais GRATUITE depuis le 1er janvier 2024.
  • composteur collectif (pratiquer le compostage avec ses voisins si vous résidez en habitat collectif (résidence, lotissement, immeuble) : la CCPEVA peut accompagner la mise en place de compostage collectif dans les copropriétés. Un ambassadeur du tri intervient auprès des usagers de la copropriété pour aider au bon fonctionnement du composteur. Cette solution peut également se mettre en place dans les jardins partagés, les écoles ou les administrations publiques. Contactez la CCPEVA pour plus de renseignement.

En savoir plus sur le compostage (collectif et individuel)

  • une autre solution alternative de composteur individuel en appartement existe, adopter un lombricomposteur : cette technique est un concentré de l'histoire du cycle de vie d'un déchet organique, chez vous. Des lombrics vont devant vous minéraliser vos déchets organiques de cuisine pour vous restituer un jus pour vos plantes et une terre disponible pour d'autres cultures. Le fait que des vers de compost soit présents à l’intérieur du système accélère la décomposition des matières organiques. Aussi, dans un lombricomposteur, vous obtiendrez plus rapidement vos engrais que dans un composteur de jardin.

LA COLLECTE (zone urbaine)

Une manière efficace de contribuer à la réduction des biodéchets est de participer au tri sélectif, notamment en utilisant le compostage en point d'apport volontaire. En déposant vos déchets alimentaires dans ces espaces dédiés, vous favorisez leur transformation en compost, une ressource précieuse pour enrichir les sols et favoriser la croissance des plantes. En plus de réduire votre empreinte carbone, cette action concrète vous permet de jouer un rôle actif dans la préservation de l'environnement.

La solution de collecte des biodéchets en borne d'apport volontaire est destinée à faciliter le compostage pour les habitants en zone urbaine.

En savoir plus sur les bornes de biodéchets alimentaires

Les biodéchets, c'est quoi ?

 

Les biodéchets sont constitués des déchets de jardin et des déchets alimentaires.

Mais qu'entend-on par biodéchets alimentaires ? Il s'agit tout simplement des déchets organiques issus de la cuisine, tels que les épluchures, les restes de repas, les coquilles d'œufs, et autres déchets de cuisine. Contrairement aux déchets classiques, les biodéchets sont biodégradables, ce qui signifie qu'ils peuvent se décomposer naturellement. La gestion efficace de ces déchets organiques devient ainsi une priorité pour réduire notre impact environnemental.

Quelques chiffres

Les biodéchets représentent 1/3 du contenu d’une poubelle d’ordures ménagères d’un foyer français, soit plus de 300 kg en moyenne par foyer chaque année.

La poubelle résiduelle des français contient 30% de déchets alimentaires, alors que ces biodéchets peuvent être valorisés en biogaz utilisé localement, ou en compost pour les filières agricoles.

La gestion efficace de ces déchets organiques devient ainsi une priorité pour réduire notre impact environnemental.

Le tri à la source des biodéchets rendu obligatoire

À l'heure où les enjeux environnementaux sont au cœur des préoccupations, la France s'engage résolument dans une révolution écologique avec la promulgation en 2024 de la loi Anti-Gaspillage pour une Économie Circulaire (Agec). Au centre de cette démarche ambitieuse se trouvent les biodéchets alimentaires, des protagonistes essentiels d'une transition vers une gestion plus durable de nos ressources. Ces biodéchets, issus de nos cuisines quotidiennes, jouent désormais un rôle clé dans la redéfinition de nos habitudes de consommation et de gestion des déchets.

La loi Agec, entrée en vigueur au 1er janvier 2024, s'inscrit dans une volonté de changer notre rapport aux déchets en sensibilisant la population à la nécessité de réduire notre impact environnemental. Au cœur de cette législation se trouve une question cruciale : que faire des biodéchets alimentaires qui représentent une part importante de nos ordures ménagères ?